Sommaire

Téléchargements

Fermer

Approche durable des ressources et de l’économie circulaire – Approche de gestion

Outre l’énergie, l’ex­ploi­ta­tion des réseaux de télécom­mu­ni­ca­tions utilise un grand nombre d’autres ressources comme le papier, l’eau et les terrains. La vigilance à cet égard n’est donc pas seulement judicieuse d’un point de vue économique, mais éga­le­ment écologique.

C’est pourquoi Swisscom développe en permanence son éco compatibilité d’en­tre­prise et une approche durable sur les ressources employées selon la norme ISO 14001. Elle s’emploie à faire baisser la consom­ma­tion dans l’en­tre­prise ou en tant que fournisseur de pres­ta­tions, ou du moins à la maintenir à son niveau de l’année pré­cé­dente. En effet, comme le prouvent la vé­ri­fi­ca­tion annuelle des objectifs et les progrès atteints, les objectifs et les mesures de ré­duc­tion qui ne concernent pas la consom­ma­tion d’énergie n’apportent que de faibles améliorations en comparaison.

Certaines ressources consommées par Swisscom sont limitées et rares. Ce n’est donc pas seulement le choix des matériaux, mais aussi leur uti­li­sa­tion et leur durée de vie qui contri­buent de façon significative à l’équilibre du climat. Plus la durée d’uti­li­sa­tion d’une ressource est longue, plus il est possible de la préserver. Aussi bien les fabricants que, no­tam­ment, les distributeurs et les en­tre­prises de télécom­mu­ni­ca­tion ont pris conscience que l’économie linéaire, quelle que soit son efficacité, devait être remplacée par une économie circulaire fermée. Celle-ci permet une deuxième vie aux ressources et soulage l’en­vi­ron­ne­ment grâce aux ré­duc­tions des déchets et des émissions.

En tant que fournisseur de mar­chan­dises (téléphones mobiles, etc.) ou d’appareils qu’elle développe et commercialise sous sa marque (TV-Box, routeurs) et en tant qu’opé­ra­teur de réseau, Swisscom joue un rôle important dans l’économie circulaire sur le marché suisse. Ses innovations proposent de meilleurs pro­duits et ser­vices aux clients et per­mettent en même temps de se passer de plate­formes obsolètes. Le dé­man­tè­le­ment de la technologie de transfert TDM en est un exemple: le réseau fixe existant ne sera plus nécessaire après la migration totale vers le tout IP. Au sens de l’économie circulaire, les composants doivent revenir sur le marché au lieu d’être jetés.

Sur la base des obligations liées à sa stratégie de dé­ve­lop­pe­ment durable et de chaîne d’ap­pro­vi­sion­ne­ment, Swisscom a établi une analyse interne de l’économie circulaire qui structure l’activité et les condi­tions-cadres et met en évidence les points forts ainsi que les besoins d’amélioration. Un groupe de travail distinct, composé d’experts internes et dirigé par l’équipe de dé­ve­lop­pe­ment durable, se consacre à la mise en œuvre des connaissances acquises. Le groupe de travail coordonne les pro­grammes de gestion du recyclage à l’échelle du groupe en exploitant les synergies et en remettant en question le statu quo. Elle rend éga­le­ment compte des chiffres clés et soutient les grands projets dans la ligne de l’économie circulaire. Les com­pé­tences décisionnelles ap­par­tiennent aux res­pon­sables hiérarchiques.

Les chapitres suivants décrivent les mesures liées à l’économie circulaire et à l’uti­li­sa­tion durable des ressources, qui vont au-delà de la consom­ma­tion de l’énergie: